BULLETIN D’INFORMATION n°29

du 23/11/2003

 

Assemblée Générale ordinaire

Samedi 10 Janvier 2004 à 17H00

A la salle des fêtes de Saint Sébastien

Ordre du jour :

Nos Services Publics ont besoin de vous. Venez les soutenir par votre présence !

Sommaire

Compte-rendu succinct du Groupe de Travail Transport du 10 octobre 2003 au Conseil Régional Limousin
Compte rendu de la réunion du 24/10/2003 à la gare de St Sébastien
Compte rendu de la réunion publique d’information/ débat sur l’audit POLT le 25 octobre 2003 à Brive
Compte rendu de la réunion du 13/11/2003 au Conseil Régional Limousin sur la Centrale de Mobilité
Les chemins de randonnée
Compte rendu de la réunion du 13/11/2003 à la Mairie de Dun le Palestel
La "fausse" suppression du service d'été

 

Compte-rendu succinct du Groupe de Travail Transport du 10 octobre 2003 au Conseil Régional Limousin

 

Les modifications de la desserte Limoges - Ussel sont proposées avec les améliorations suivantes :

La SNCF a présenté les nouvelles dispositions à intégrer pour toute restructuration, du fait de l'attribution des sillons par RFF. Les demandes de sillons doivent être formulées 240 jours avant la mise en place prévue.

Au cours de cette réunion, la secrétaire du Comité de Défense a souligné les problèmes de diffusion de la revue "ELEMEN TER" à St Sébastien, mais aussi à Limoges.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion du 24 octobre 2003 à la gare de St Sébastien

Personnes présentes :

Marie Cécile Villefranque, Direction TER

Guylaine Fruchon, Direction TER

Bertrand Giraud, Président de l’Association

Yvette Giraud, Secrétaire de l’Association

Bertrand Giraud présente les emplacements proposés pour la plantation des 4 arbres. les distances ont été calculées en fonction de la hauteur maximum des arbres pour éviter toute chute éventuelle sur la voie. Un véhicule doit également pouvoir passer entre les arbres, répartis sur les 2 côtés. Les essences choisies sont des érables à sucre très résistants et peu exigeants au niveau du sol.

Guylaine Fruchon indique qu'une autorisation a été demandée auprès de RFF propriétaire du sol. La réponse devrait être connue vers le 15/11. Pour éviter que les racines ne passent sous le bitume, les arbres seront décalés de 50 cm.

Un point de situation est réalisé sur les aménagements demandés à la gare :

Rénovation des bancs et abris : Guylaine Fruchon indique que la gare de St Sébastien ne fait pas partie du 3ème volet de la convention de Régionalisation relatif à la rénovation des gares, volet pas encore signé, et qui concerne surtout Limoges Ussel. Certains aménagements pourront être faits, mais en fonction des budgets. Bertrand Giraud signale que la marquise du quai 1 fuit.

Eclairage de l'accès routier : Bertrand Giraud propose d'utiliser 2 des poteaux existants en rajoutant sur chacun un spot. Marie Cécile Villefranque est d'accord si les normes le permettent. Sinon il faudra installer un poteau double lampe ce qui impose un coût supérieur.

Panneau sur le fronton de la gare : Guylaine Fruchon explique qu'un panneau indiquant le nom de la gare peut être installé, mais il ne sera pas lumineux.

Sur les autres points :

Guylaine Fruchon enverra le modèle des nouveaux horaires TER. Pour les dérogations qui semblent à validité permanente, une confirmation va être demandée à "Grandes Lignes".

Guylaine Fruchon évoque le mécontentement du Directeur TER, au sujet d'un des paragraphes de compte rendu d'une réunion au Conseil Régional Limousin.

N'ayant transmis aucun document, Bertrand Giraud fait part de son étonnement. Comme preuve, Guylaine Fruchon présente le bulletin d'information n°28, appartenant à l'un des membres de l'association, avec les annotations du Directeur TER.

Bertrand Giraud explique que le paragraphe en question faisait partie du compte rendu de la réunion avec M. Gangler, nouveau Directeur Transport au Conseil Régional Limousin. Cette réunion a débuté par une présentation de notre association et par l'historique des actions depuis 6 ans. Cet historique a intégré la refonte PALITO de décembre 2000 en expliquant les relations tendues, à l'époque, entre la SNCF, le Conseil Régional et notre association. Depuis, les relations se sont améliorées.

Afin de dissiper tout malentendu, le Président de l'association a adressé un courrier au Directeur TER. Il en a profité pour lui rappeler les nombreux problèmes qui restent en suspens : absence de desserte directe vers 15h30 tous les jours depuis Paris, absence de desserte pour Paris le dimanche soir vers 19h30 avec correspondances pour Tours et Bourges, absence de correspondance "Grandes Lignes" avec le nouveau TER 69013, mauvaise diffusion du journal "ELEMEN TER" dans les gares.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion publique d’information/ débat sur l’audit POLT le 25 octobre 2003 à Brive

Animateurs :

JC Gayssot, Ancien Ministre des Transports
A Pamboutzoglou, Président de la Commission Territoire et Infrastructures du Conseil Régional Limousin
J Jouves, Vice Président du Conseil Régional Limousin, chargé des Transports
P Jean , CCI Brive
R Fite , représentant le sénateur Maire Murat
JP Denanot, vice Président du Conseil Régional Limousin, représentant Robert Savy.
JM Bodin, Vice Président du Conseil Régional Centre chargé des Transports
R Franques, chercheur INSERM de Catalogne

A Pamboutzoglou présente le contexte de la réunion. Effectuer un rassemblement large pour faire aboutir le projet POLT. 3 régions se sont engagées sur ce projet qui est déjà mis en route et qui offrira un gain de temps et de sécurité. La pendulation est au point et les Conseils Régionaux s'engagent à financer les surcoûts pour un projet équivalent à 30 km d'autoroute. Malgré cela, des audits ont été commandés afin de préparer l'opinion à un abandon du projet ce qui a provoqué de nombreuses réactions. Le barreau TGV Limoges Poitiers a été écarté par Dominique Bussereau, Secrétaire d'Etat aux Transports, en raison de son coût énorme et du risque de saturation de la gare Montparnasse. Il faut donc exiger du gouvernement le respect des engagements de l'Etat.

JC Gayssot, confirme qu'il a bien signé et s'indigne du retour au "tout routier". Il énumère tous les projets mis à mal par les audits et dont l'abandon risque de faire perdre 50 ans en matière de création de lignes nouvelles.

P jean précise que le dossier POLT est prioritaire pour la région mais n'est valable que s'il va jusqu'à Toulouse. Il est absolument impératif de moderniser la ligne pour accélérer la vitesse. Il craint que la ligne Paris Toulouse ne serve qu'aux marchandises.

R Fite ajoute que si on a pu développer les 2 axes atlantique et rhodanien, il faut se battre pour que l'axe central le soit aussi.

JP Denaneau s'indigne contre l'Etat qui ne respecte pas ses engagements, comme pour Bordeaux Lyon. La liaison doit se faire de Paris à Barcelone. Sans infrastructures, notre région ne pourra pas se développer. Il faut engager des rassemblements, des courriers et aller jusqu'aux tribunaux s'il le faut.

JM Bodin se félicite du travail constructif déjà réalisé. Les financements sont tous ouverts, les problèmes techniques réglés. L'aboutissement de ce projet qui est l'un des moins chers relève d'une décision politique. Il faut sensibiliser le Président de la République.

A Pamboutzoglou propose de mettre en place un Comité de Défense du TGV pendulaire.

Le débat est lancé avec la salle :

Les cheminots CGT avancent plusieurs propositions : il faut lancer un appel à la mobilisation forte, interpeller les représentants de l'Etat, le Préfet de Région, et défendre l'arrivée à Austerlitz. Des actions médiatiques doivent avoir lieu avant le CIADT du 15/12. Ce projet draine une dynamique sur 11 départements. L' intérêt du désendettement de RFF est posé.

JC Gayssot répond qu'il avait pris la décision du désendettement de la SNCF, la dette étant reportée sur RFF. Aujourd'hui, ce sont les suppressions de postes qui supportent ce désendettement. Malgré cela, RFF acquitte 1,8 Milliards d'euros d'agios.

D Geneste, Secrétaire fédéral CGT Transports, insiste sur le déficit d'infrastructures ferroviaires en Limousin et les conséquences sur les projets de développement économique et les réorganisations TER.

A Pamboutzoglou précise qu'il ne faut pas faire le procès de la SNCF. Elle n'a pas dit qu'elle refusait le POLT.

J Jouves s'interroge sur le rapport de force et rappelle que c'est le Préfet de Région qui est coordinateur. Il propose d'organiser un rassemblement devant la Préfecture.

R Franques explique qu'il y a eu une situation identique en Espagne ce qui a généré un désert autour des Pyrénées et des difficultés de déplacements.

Bertrand Giraud, Président du Comité de Défense de la gare de St Sébastien, souligne le caractère partisan des audits du fait de choix méthodologiques précis et demande que ce soit les 22 régions qui soit mobilisées pour dénoncer une politique de décentralisation qui consiste à poignarder dans le dos 3 régions qui ont investi massivement dans un projet d'Aménagement du Territoire.

Les acteurs présents conviennent de constituer un Comité de Défense du POLT et de lancer l' "Appel de Brive" pour interpeller le Président de la République, le 1er Ministre et le Préfet de Région.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2003 au Conseil Régional Limousin sur la Centrale de Mobilité

Personnes présentes :

Bertrand Paré, société MT3

 

Bertrand Giraud, Président du Comité de Défense de la gare de St Sébastien

Christine Pouyaud, Présidente de l'association "Trait d'union"

Personnes excusées :

Jean Pierre Massias, Comité de Défense Limoges St Yrieix Brive

Françoise Lebras, Présidente du Comité de Défense Limoges Poitiers

Bertrand Clisson, Association de désenclavement nord Haute Vienne et Montmorillonnais

Philippe Spangenberger, Association urbaine Brive et Urba Tulle

Jean Louis Camus, FNAUT Limousin

Jacques Valadié, Collectif ligne Agen Périgueux Paris

Bertrand Paré explique les objectifs de la Centrale de Mobilité. Il s'agit de constituer un référentiel unique de données partagées sur les différents modes de transports, et ainsi permettre à un usager, au travers d'outils de communication, de proposer un itinéraire approprié en fonction de ses choix.
Exemple : Pour aller de son village au CHU de Limoges, la centrale indiquera les différents transports à prendre : voiture jusqu'à la gare de St Sébastien, train jusqu'à Limoges, puis bus urbain avec les horaires possibles.
Ce projet intègre les acteurs transports, les associations d'usagers, le Conseil Régional, le Conseil Général, plusieurs agglomérations de communes.

Avec les associations présentes, Bertrand Paré étudie les réponses au questionnaire. Les associations font notamment part des remarques suivantes :

Les transports ferroviaires doivent être privilégiés.
Parmi les supports proposés, outre Internet et des numéros téléphoniques, la diffusion sous forme de CD ROM a été souhaitée.
Le terme "Transport à la demande" est trop générique par rapport aux utilisations. S'il s'agit d'un complément au train pour permettre à des personnes de se rendre au marché du chef lieu de canton, l'apport est positif. S'il s'agit d'un moyen de substitution aux trains comme cela a été le cas en 2000, les associations le rejettent.
Il a été demandé d'étudier la pertinence des transports scolaires communaux afin de permettre le rabattement des usagers sur la gare.
Parmi les fonctionnalités évoquées, la mention des facilités pour personnes à mobilité réduite (accès routier de St Sébastien), et les attraits touristiques.
Il a également été proposé que puissent être téléchargés les horaires personnalisés des gares.
Sur les possibilités de proposer des enquêtes de satisfaction, des réserves ont été émises quant à la possibilité de sondages "orientés" comme cela a été le cas en 2000.
Les associations ont demandé si les guichets des gares auront accès aux données de cette centrale pour informer les clients.

Bertrand Paré répond que cela pose un problème politique, la SNCF pouvant avoir tendance à privilégier ses produits au détriment des autres transporteurs.

Retour au Sommaire

Les chemins de randonnée

Le bureau souhaite apporter les précisions suivantes en regard de certaines affirmations.

Le projet de chemins de Promenade et Randonnée initialement proposé, en 2002, au vote du Conseil Municipal par notre association et Creuse Randonnée, ne comportait que des chemins publics ou appartenant aux Communes de St Sébastien et Bazelat.

A la demande de la municipalité, pour des raisons pratiques et de sécurité, et après accord avec les propriétaires, certains passages ont été modifiés et passent dans des propriétés privées.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2003

à la Mairie de Dun le Palestel

Personnes présentes :

Roland Aupetit, Président de la Communauté de Communes de Dun

André Lépinat, Vice Président de l'Association

Bertrand Giraud, Président de l’Association

 

L'objectif de cette réunion était de faire le point sur les chemins de St Sébastien, plus d'un an après leur mise en place.

Les atouts du projet : valorisation du petit patrimoine, impact positif sur la fréquentation et le chiffre d'affaires de la gare, les hôtels, restaurants et commerçants.

Les difficultés rencontrées : l'absence d'hébergement à St Sébastien, l'entretien difficile, les actes de délinquance anti randonneurs.

Les apports souhaités de la Communauté de Communes : Un soutien logistique et fonctionnel sur l'entretien et la protection du petit patrimoine, la réalisation de cartes avec fond IGN, l'installation de panneaux d'informations touristiques et de totems au départ des circuits, l'étude pour modifier le départ suite à la réhabilitation de la décharge, la mention des chemins et de la gare dans les guides touristiques, la réalisation d'un portail Internet.

 

La "fausse" suppression du service d'été

Avec la mise en place des nouveaux horaires, nous avons pu constater que les documents transmis s'arrêtaient le 12 juin 2004. Nous avons interrogé la SNCF et le Conseil Régional qui nous ont apporté la réponse suivante:
Il n'y a plus qu'un service débutant mi décembre et se terminant un an plus tard. Toutefois, la SNCF a maintenu 2 services commerciaux. La transition s'opérera le 12 juin. Selon la SNCF, 2 raisons ont guidé ce choix:
- l'expérimentation du service unique
- des contraintes de l'activité Grandes Lignes SNCF (difficultés de prévisions de matériel, de fourgons à vélos sur certains trains, de vente ambulante)..
Nous avons également pu constater qu'en raison de travaux, la plupart des trains "Grandes Lignes" voient leurs horaires modifiés de quelques minutes à partir du 15 mars. Dans un souci de lisibilité, nous avons donc choisi de limiter nos horaires au 14 mars, et de diffuser alors une nouvelle version. Ils sont consultables en cliquant ici.

Retour au Sommaire

BULLETIN D'INFORMATION n°28 du 22/09/2003
BULLETIN D'INFORMATION n°30 du 22/01/2004