BULLETIN D’INFORMATION °38

du 18 juin 2005

Sommaire

Corails TEOZ : Promesses non tenues !
Du côté du bureau de Poste
Compte rendu de la réunion du 19 mai 2005 au Conseil Régional Limousin
Compte rendu de la réunion du 23 mai 2005 sur le barreau TGV Poitiers Limoges
Voyage des scolaires de Crozant à Limoges en train
Compte rendu du Forum Social Local à Châteauroux le 14 mai 2005
Informations diverses

 

Corails TEOZ : Promesses non tenues !

Au cours de la réunion qui s'est déroulée le 23 mars dernier, à Paris Austerlitz, les représentants de la Direction SNCF avaient pris les engagements suivants :

  1. Les abonnés "Forfait" pourront emprunter le train suivant ou précédent sans changer leur réservation Téoz.
  2. Cette proposition n'est en fait valable que dans la limite d'une heure, ce qui pose problème pour certains trains. Les abonnés de Châteauroux considèrent donc que cette proposition ne les satisfait pas pleinement.

  3. La Direction s'est engagée à réaliser une enquête interne au sujet de l'accueil filtrage "mitraillettes" du 18 février.
  4. Nous n'avons à ce jour, reçu aucune information sur cet incident inqualifiable.

  5. La Direction s'est engagée à nous fournir le questionnaire sur la qualité Téoz qui sera diffusé dans les trains.

Là encore, aucune information ne nous a été communiquée.

Nous avons de nouveau réagi par courrier auprès du Président de la SNCF, et du Premier Ministre sur ces attitudes inacceptables, et plus globalement, sur le bilan catastrophique de la mise en place des Téoz. Ce dernier a transmis notre courrier au Ministre des Transports, qui l'a lui-même transmis au Président de la SNCF...

Le Président du Conseil Régional Limousin, qui a été mis en copie de ces courriers, a réagi, en appuyant par écrit nos doléances auprès du Premier Ministre, et du Directeur Général Exécutif de la SNCF, Guillaume Pepy.

Nous avons également sollicité le Sénateur François Gerbaud, administrateur de RFF, et membre du Conseil Supérieur du Service Public Ferroviaire, afin qu'il puisse obtenir une audience auprès du Ministère des Transports pour tous les représentants des usagers. Ce dernier a répondu en soutenant notre action, mais sans relayer notre demande de rendez-vous.

Du côté du bureau de Poste

Madame Personne, Receveuse à St Sébastien, a pris sa retraite le 14 juin. Nous lui présentons tous nos remerciements pour son dévouement, sa disponibilité, et sa gentillesse, tout au long de ces années. Malgré un contexte difficile, elle a su gérer le bureau avec dynamisme, en restant dans l'esprit du Service Public. En attendant une réorganisation générale, annoncée pour la fin de l'année, le bureau de St Sébastien est géré par le responsable de La Souterraine. Il convient donc d'être vigilant, afin que la Direction de la Poste ne profite pas de ce départ pour couler le bureau de St Sébastien.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion du 19 mai 2005 au Conseil Régional Limousin

Résumé de la réunion

Les sujets évoqués ont été nombreux : barreau TGV Limoges Poitiers, POLT, Téoz, refonte des dessertes de 2007, attaques sur la politique régionale de développement ferroviaire, aménagements de la gare, ...

Compte rendu des débats

Personnes présentes :

André Pamboutzoglou, Vice Président du Conseil Régional Limousin, chargé des Transports

 

Jacques Gangler, Direction de l’Aménagement Régional, Service Transport

Valérie Bouvard, Direction de l’Aménagement Régional, Service Transport

Bertrand Giraud, Président de l’Association

Yvette Giraud, Secrétaire de l’Association

Bertrand Giraud évoque l'intégration de notre association dans le panel de 30 personnalités sélectionnées par RFF, dans le cadre du débat national sur le barreau TGV Limoges Poitiers. Il s'interroge sur les risques pour notre ligne d'un assèchement des dessertes voyageurs par une spécialisation fret, dans un contexte incertain de refonte où l'on évoque le transfert des Corails déficitaires aux Régions via l'activité TIR (Trains Inter Régionaux). Les Corails s'arrêtant à St Sébastien serait-ils concernés ? Quelle est la position du Conseil Régional Limousin sur ce dossier ?

André Pamboutzoglou indique qu'il a déjà été interrogé par le cabinet sur le barreau TGV, et, à cette occasion, a attiré l'attention sur le devenir des circulations Limoges / Châteauroux / Vierzon / Paris, et Brive / Toulouse. Il y a actuellement 25 lignes TIR déficitaires que la SNCF veut transférer aux Régions. La SNCF ne souhaite garder que les 8 lignes très rentables en France. On peut donc s'interroger sur le devenir de la ligne POLT si les voyageurs pour Limoges passent par Poitiers, et notamment le risque d'une spécialisation fret.

En ce qui concerne le barreau TGV, André Pamboutzoglou précise que 3 couloirs sont possibles, dont 2 qui empruntent en partie la ligne classique, avec des aménagements prévus sur cette ligne. Par endroits, les TGV seraient amenés à circuler sur une voie unique. Or les 2 Régions ont prévu de porter à 11, puis 15 le nombre de circulations sur cette ligne, qui doivent dès maintenant être positionnées. Or les TGV devront circuler à des horaires pertinents pour Limoges et Poitiers. Le Conseil Régional Limousin risque donc de payer pour des trains qui circuleront à vide ou qui ne circuleront pas du tout.

Bertrand Giraud s'interroge sur les probabilités d'aboutissement du barreau.

Jacques Gangler répond que le coût de l'opération permet en effet de s'interroger sur la faisabilité.

André Pamboutzoglou précise qu'en ce qui concerne la ligne POLT, les études de la SNCF ont démontré que la seule alternative sur notre ligne est le TGV. L'amélioration de la voie permettra de gagner du temps (20 minutes sans la pendulation). Des propositions doivent être faites fin juin par la SNCF.

Bertrand Giraud évoque une récente annonce qui indique que la pendulation a été jugée pertinente pour le TGV Bretagne, alors que l'audit ne l'avait pas jugée bonne pour le Limousin.

André Pamboutzoglou indique qu'il n'a pas eu de réponse de Louis Gallois à ces dernières sollicitations. Ce dernier a pris des engagements, pour faire circuler des TGV, dès que l'amélioration de la voie sera réalisée.

Bertrand Giraud demande si le Conseil Régional a des précisions sur la refonte des dessertes annoncée pour décembre 2007, et les modalités d'application. Se dirige-t-on vers une transition des Corails caboteurs vers les Conseils Régionaux via le TIR, ou vers un conflit majeur du type de celui de 2000 ?

André Pamboutzoglou ne se dit pas favorable au basculement des Corails dans le TIR. Le transfert aux Régions ne résoudra pas le problème du déficit. Cela obligera à revoir la loi ainsi que les conventions. Quoi qu'il en soit, il faudra qu'il y ait compensation de l'Etat, comme pour les TER.

Jacques Gangler précise qu'il y a peu d'éléments d'information pour le moment sur cette refonte. Il l'a découverte à travers les questionnaires dans les trains. Il a demandé à ce que la démarche soit différente de celle de 2000. La SNCF a évolué, et fera mieux que les fois précédentes.

Bertrand Giraud indique qu'il est impératif de conserver l'aller retour direct quotidien pour Paris, pour les usagers à mobilité réduite. La desserte TER a bien évolué, et est pertinente. Toutefois, ces dernières semaines, de nombreux problèmes de ponctualité, et de retards sont signalés. Il semble que l'on soit revenu à l'époque où l'on "sacrifiait" systématiquement les TER en cas de problème. On évoque également une directive européenne qui obligerait les entités organisatrices à mettre les opérateurs en concurrence sur les dessertes TER. Comment cette directive va-t-elle se concrétiser au niveau du Limousin ?

Jacques Gangler explique qu'un projet européen reconnaît l'autoproduction et la possibilité de mise en concurrence du transport régional. Cette directive ne concerne que le car, dans un premier temps. Rien n'est décidé pour le train, et rien n'est à prévoir avant plusieurs années.

André Pamboutzoglou précise qu'on ignore quel sera le comportement des opérateurs (y compris la SNCF). Avec VFE, (Voyage France Europe), la SNCF exerce à sa manière.

Bertrand Giraud évoque la mise en place catastrophique du Téoz : retards, problèmes matériels, inégalité de traitement, discrimination des usagers, accueil - filtrage "musclé", mécontentement général (y compris chez les contrôleurs), mépris du Ministère et de la SNCF, entraves à la liberté d'expression des usagers. Il remercie le Conseil Régional pour son intervention écrite dans l'affaire du panneau devant la gare.

André Pamboutzoglou indique que les problèmes sont également dus aux travaux sur la voie et à la modification de la politique des arrêts de la SNCF, afin de mieux remplir ses trains. Toutefois, Téoz n'est pas un produit de substitution au TGV, mais une rénovation des Corails. Le matériel est plus agréable, mais il manque de place, et les critiques principales portent sur la réservation obligatoire et les restrictions d'accès. Le Conseil Régional souhaite que les Téoz soient libres d'accès.

Jacques Gangler ajoute que le Conseil Régional Limousin a relayé toutes nos interventions écrites auprès du Premier Ministre, et de Guillaume Pepy.

Bertrand Giraud demande si le Conseil Régional Limousin a des informations au sujet de l'étude de Science Po. Une stagiaire a été recrutée par la Direction SNCF, et est venue à St Sébastien, sans que le Maire, ni notre association n'en soient informés. Nous souhaitons réaliser une proposition de projet d'évolution des missions de l'agent.

Jacques Gangler répond que le sujet a déjà été évoqué avec la SNCF. Il va interroger à nouveau l'entreprise afin de connaître son point de vue, sur ce projet, qui remet en question le système d'organisation interne.

Bertrand Giraud relance sur les petits travaux d'aménagement demandés à la gare de St Sébastien : rénovation des bancs, des panneaux indiquant le nom de la gare, ainsi que des abris, sur les 2 quais, fuites de la toiture de la marquise du 1er quai. L' éclairage de l'accès routier en ajoutant une lampe sur deux poteaux d'éclairage existants sur le quai impair, est le point le plus urgent.

Jacques Gangler précise que le programme "Gare" est annuel, et que le Conseil Régional Limousin travaille par axe. D'importants travaux ont été réalisés sur Limoges / Ussel. Actuellement, c'est Le Dorat / Limoges. Il va voir si l'on peut intervenir sur notre site. Toutefois, les bancs relèvent de l'entretien courant. Quant à l'éclairage de la plate-forme, cela ne devrait pas poser de problème.

Bertrand Giraud a relevé une multiplication des attaques contre la politique d'investissement du Conseil Régional Limousin dans le ferroviaire. N'y a-t-il pas un risque de remise en cause de l'action du Conseil Régional Limousin ?

André Pamboutzoglou indique que l'opposition a demandé une mission d'évaluation avec pour objectif d'étudier si l'enveloppe est bien utilisée par le Conseil Régional Limousin et si une partie ne pourrait pas être reportée sur le car, moins cher au kilomètre. Il n'a pas l'intention de se laisser intimider et va montrer que la Commission Transport a une conception équilibrée du transport ferroviaire, et la volonté d'une offre multimodale.

Bertrand Giraud se dit surpris par ces attaques dans la mesure où les dernières élections, ainsi que les bons résultats au niveau de notre gare confirment le succès de cette politique, notamment en ayant démontré la capacité d'une région à dominante rurale à faire revenir un potentiel d'usagers vers le rail.

André Pamboutzoglou ajoute que l'amélioration de l'offre est également le résultat des demandes, et des souhaits, mais également des actions sur le terrain. Le rôle des associations comme la nôtre, est important dans ces domaines.

En ce qui concerne l'axe Limoges St Sébastien, Jacques Gangler précise que depuis 2002, la fréquentation a progressé de 14% et le chiffre d'affaires de 17%.

Retour au Sommaire

Compte rendu de la réunion du 23 mai 2005 sur le barreau TGV Poitiers Limoges

Personnes présentes :

Bertrand Giraud, Président de l’Association

Stéphane Mahon, Directeur Général i&e Décision

Contexte de la réunion

Lors du CIADT du 18/12/2003, le gouvernement a inscrit, en tant que projet à étudier, le prolongement de la ligne nouvelle à grande vitesse Paris-Poitiers vers Limoges sur la carte des infrastructures à long terme.

Le 30/11/2004, Gilles de Robien, Ministre de l'Equipement, des Transports, de l'Aménagement du Territoire, du Tourisme et de la Mer a signé la convention d'études relative à cette ligne nouvelle Poitiers Limoges et les pré études fonctionnelles ont été engagées.

Réseau Ferré de France, en sa qualité de Maître d'Ouvrage de ce projet, va saisir en septembre 2005, la commission nationale de débat public (CNDP). RFF a donc désigné le cabinet d'études, i&e Décision pour rencontrer une trentaine de personnalités, représentant les services de l'Etat, les collectivités locales, les acteurs socioprofessionnels, et les associations.

Le but de cette rencontre est d'exprimer les positions de notre association vis à vis d'un tel projet.

Questions / débat

Stéphane Mahon : comment votre association a-t-elle été informée du projet de barreau ?

Bertrand Giraud : dans le cadre de la remise en cause du projet de TGV pendulaire, notre association a organisé une réunion publique d'information au cours de laquelle le risque d'un barreau TGV Poitiers-Limoges avait déjà été évoqué et débattu. Nous avons également suivi l'évolution du dossier via les médias, ainsi qu'au travers de nos relations avec les Conseils Régionaux et les autres associations d'usagers.

Stéphane Mahon quelles connaissances avez vous du projet ?

Bertrand Giraud : ce projet a été relancé suite à l'abandon par le Ministère des Transports du projet POLT. Il permet une liaison Paris Limoges via Poitiers en créant une LGV, d'un coût annoncé de 1,5 milliards d'€. Les études ont été lancées, et 3 couloirs sont à l'étude.

Stéphane Mahon : quels sont, pour vous, les inconvénients d'un tel projet ?

Bertrand Giraud :

  1. Impact très négatif en terme en terme d'Aménagement du Territoire : La zone "Centre France" est actuellement complètement exclue du réseau à Grande Vitesse. La réalisation du barreau Limoges Poitiers contribuerait à maintenir cette exclusion. Ce sont ainsi les départements de la Région Centre et de la Creuse qui seraient exclus. Les dix-huit départements desservis par l'axe direct en souffriraient fortement. Cette inégalité d'accès à un moyen de transport moderne et rapide, toucherait des zones rurales, particulièrement défavorisées, et contribuerait à accentuer les inégalités en matière d'Aménagement du Territoire, sur des bassins importants (Orléans, Vierzon, Bourges, Châteauroux, La Souterraine, Guéret, ...). Cela hypothèquerait les projets de développement local lancés sur les bassins d'activité de ces zones.
  2. Le risque d'une spécialisation fret de notre ligne: Plusieurs rapports et études préconisent de réaliser des axes européens spécifiquement dédiés au fret. Si le trafic de voyageurs est reporté sur la ligne Poitiers Limoges, notre axe risque d'être réservé pour le fret, et par conséquent asséché en terme de desserte voyageurs, dans un contexte de refonte GL/TIR annoncée pour 2007.
  3. Il est également permis de s'interroger sur la saturation de l'axe atlantique et particulièrement des capacités de la gare de Paris Montparnasse à absorber les trafics de la ligne POLT.
  4. Ce projet, s'il réutilise une partie de la ligne existante hypothèque également les choix du Conseil Régional Limousin en matière de dessertes TER.

Stéphane Mahon : qu'est ce qui pourrait faire que ce projet n'aboutisse pas ?

Bertrand Giraud : Quelle est la crédibilité d'un tel projet ?

Le gouvernement, suite à un rapport du Conseil Général des Ponts et Chaussées et de l'Inspection Générale des Finances, sur les grands projets d'infrastructures de transport, a rejeté le projet de TGV pendulaire POLT, d'un coût de 264 millions €, au prétexte que le taux de rentabilité socio-économique de celui-ci était trop faible (de l’ordre de 2,8 %).

Subséquemment, il a proposé un projet de LGV passant par Poitiers, d'un coût de 1,5 milliards €. Il est donc permis de s'interroger sur le taux de rentabilité d'un projet, 5 fois plus cher, et qui n'irrigue en Grande Vitesse qu'un parcours supplémentaire de 139 km ?

Ce projet est annoncé pour au mieux 2015, voire 2020. Quelle alternative va-t-on offrir jusqu'à cette date, alors que la pendulation peut très rapidement être installée sur des rames TGV classiques et donc être très vite opérationnelle sur l'axe POLT ?

Le gain de temps annoncé pour le TGV via Poitiers, est de 30 minutes à 1 heure, selon le couloir choisi. Avec le POLT, on arrive à un temps de trajet inférieur à 2h30 (20 minutes gagnées sur un meilleur temps de trajet de 2h48 actuellement). Sachant qu'une amélioration de la ligne passant par St Sébastien, permettrait de gagner encore quelques minutes (suppression de passages à niveau, rectification de certaines courbes, ...), la différence entre les 2 gains de temps devient peu significative.

Notre association a proposé un projet alternatif qui consiste à combiner une LGV avec la pendulation sur ligne classique.

1er tronçon : LGV sur paris Châteauroux :

Réaliser une ligne à grande vitesse (LGV) en parallèle de la ligne classique sur le tronçon Paris Châteauroux. Le profil de la Beauce permet de réaliser cet aménagement à un coût raisonnable. La ligne classique serait conservée pour le fret et les TER. Les TGV pourraient circuler à 300 km/h sur cette portion avec un gain de temps important (de 30 minutes à 1 heure).

2ème tronçon : pendulation sur la ligne classique Châteauroux Limoges Brive Toulouse

Sur le tronçon Châteauroux Limoges Brive Toulouse, les TGV circuleraient sur la ligne classique, mais avec le système de pendulation qui permettrait d'accentuer le gain de temps (20 à 30 minutes). Cette proposition offre un gain maximum de temps, tout en respectant l'Aménagement du Territoire.

Stéphane Mahon : Comment analysez-vous l'arrivée de ce projet en regard des dossiers suivants :

  1. rénovation de la ligne actuelle Poitiers Limoges
  2. le Téoz
  3. la suppression des passage à niveau dans l'Indre

Bertrand Giraud:

  1. Si le couloir retenu utilise en partie la ligne existante, les aménagements actuels seront insuffisants. Si une nouvelle ligne est intégralement créée, la ligne actuelle conservera son utilité en tant que desserte TER pour irriguer les différentes gares. Les aménagements réalisés auront ainsi toute leur utilité.
  2. Le Téoz est actuellement le gros point de discorde avec la Direction SNCF et le Ministère. Il cumule tous les inconvénients du TGV sans les avantages : moins souple, moins confortable, plus cher, accueil "mitraillette", ...
  3. Le projet POLT devait s'accompagner d'un réaménagement de la ligne et de la suppression de tous les passages à niveau. Le principe de l'aménagement a été conservé, mais tous les passages à niveau ne seront pas supprimés, le Ministère souhaitant faire payer aux Régions, ceux qui restent.

Stéphane Mahon : quels acteurs pensez-vous nécessaires d'interroger dans le cadre de cette consultation nationale ?

Bertrand Giraud : les Conseils Régionaux, Généraux, Préfets, Chambres de Commerce et d'Industrie, Maires des principales communes concernées, associations d'usagers, et ce, sur la zone concernée par le tracé, mais également sur l'axe POLT.

Stéphane Mahon : quelles sont vos attentes au niveau de cette consultation ?

Bertrand Giraud : que les acteurs consultés soient associés jusqu'au bout de la démarche, que ce débat soit objectif, sans considération politique partisane (comme celles qui ont abouti aux gares "betteraves" sur la LGV Nord), que les choix soient basés sur une analyse privilégiant l'Aménagement du Territoire et les impacts à long terme sur les zones traversées et les zones "oubliées".

Retour au Sommaire

Voyage des scolaires de Crozant à Limoges en train

Le 14 juin, les scolaires de l'école de Crozant ont passé une journée à la gare de Limoges, accompagnés de Monsieur de Maire. Cette journée a été organisée sur proposition de notre association, afin de réaliser un voyage d'initiation ferroviaire, en utilisant le chéquier Limousin. Ils sont partis en train à 7h50 et sont arrivés à 8h35 à Limoges, où plusieurs activités les attendaient : visite de la gare des Bénédictins sous forme ludique, visite du PRCI (Poste Relais à Commande Informatique), visite d'une cabine de train - à l'arrêt - en gare.

A 10h15, ils embarquaient dans le train du retour qui leur permettait d'arriver à St Sébastien à 11h01.

Notre association tient à remercier tous les participants qui ont permis la réalisation de cette journée, et particulièrement, Monsieur Jacques Ozon de la Direction Régionale SNCF.

Retour au Sommaire

Compte rendu du Forum Social Local à Châteauroux le 14 mai 2005

Le 14 Mai dernier se tenait un Forum Social Local à Châteauroux. Notre association a été invitée à participer à l'atelier Ruralité et Services Publics.

L'après midi a commencé par une Conférence – débat avec pour thème " Services publics : enjeux et conséquences sur la société humaine ", animée par François Lille , Membre fondateur de B.P.E.M. (Biens Publics à l’Echelle Mondiale) et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, et Louis Weber (Président de l’Institut de recherche de la FSU).

Puis, les 2 ateliers se sont déroulés en parallèle :

" Ruralité et services publics " (services publics de proximité, économie rurale, aménagement du territoire, les pouvoirs des élus locaux), animé par Jean Annequin (conseiller municipal de La Châtre), avec la participation de Vanik Berberian (Maire de Gargilesse), Bertrand Giraud (Président du Comité de défense de la Gare de Saint Sébastien).

" Service public de la santé " (prévention, structures, financement des hôpitaux, implication des citoyens...). animé par Dominique Boué, avec la participation de Joël Mazurok, Claude Matigot, Max Ploquin, Xavier Roy, François Lille.

Informations diverses

La municipalité de Mouhet nous a voté une subvention de 76 €. La municipalité de La Chapelle Baloue nous a voté une subvention de 15 €. Nous remercions chaleureusement ces 2 municipalités pour leur soutien.

Retour au Sommaire

Bulletin n°37 du 09/04/2005
Bulletin n°39 du 03/09/2005