Le rôle du train dans l'émigration

On sait que l'émigration creusoise est très ancienne - certains historiens situent son origine au 13ème siècle- mais avec la naissance des chemins de fer, ce sont les moyens et les formes qui s'en trouvèrent totalement bouleversés.

Elle touchait surtout les ouvriers du bâtiment : charpentiers, tailleurs de pierres, couvreurs, terrassiers, paveurs, etc. mais les maçons fournissaient un des plus forts contingents. C'est dans les cantons les plus pauvres du département que les départs étaient les plus nombreux.

Année

Nombre de maçons creusois à Paris

1850

25000

1880

40000

1891

82000

 

 

 

Alors qu'on avait pensé freiner l'exode rural en construisant des lignes de chemin de fer, c'est le contraire qui se produisit. ; les Creusois émigraient encore davantage et plus facilement avec le train. La trajet ne s'effectuait plus à pied, il devenait moins pénible, les femmes accompagnaient dès lors leur mari vers la grande ville. L'ouvrier, au lieu de revenir passer l'hiver au pays pour y retrouver se femme et ses enfants, allait avec toute sa famille s'installer sur les lieux de son travail, abandonnait sa région d'origine.

L'émigration temporaire se transformait progressivement en migration définitive. Les emplois créés sur place par le rail ne compensèrent pas ceux offerts hors du département, en raison du retard pris par la Creuse dans le domaine du développement industriel.